Christophe Imhoos, fondateur de l’association

Christophe Imhoos, avocat spécialiste en gestion amiable des conflits

Christophe Imhoos

Fondateur de l’Association Romande de Droit Collaboratif spécialiste en modes alternatifs de résolution des conflits.

Auteur, formateur, médiateur, avocat et arbitre, son parcours professionnel l’a conduit à se spécialiser dans des modes de gestion des différends offrant plus de latitude à leurs protagonistes. Ainsi, cette approche tient compte de leurs besoins, intérêts et préoccupations propres et respectifs. De même, l’ensemble des paramètres humains, sociaux et relationnels, communicationnels, économiques, financiers et juridiques, sont pris en considération.

 

Persuadé de la pertinence d’une déjudiciarisation du contentieux, Christophe Imhoos a fondé l’Association de Droit Collaboratif Romand dans le but de promouvoir cette alternative participative et de regrouper les praticiens formés et respectant des standards de savoir faire et de savoir être. Le droit collaboratif s’adresse particulièrement aux personnes ou entreprises qui souhaitent éviter le recours au tribunal. En effet, il est possible de s’engager dans une négociation plus aboutie à travers une voie amiable et non conflictuelle de concert avec les avocats. Cette approche s’applique parfaitement aux différents domaines du droit  (droit social, droit des contrats, droit commercial, droit de la famille …). Cependant, elle requiert l’intervention d’avocats collaboratifs formés à des techniques particulières de gestion des conflits, d’écoute et de négociation.

 

 

Ces juristes ont acquis une expertise complémentaire à leurs compétences traditionnelles et adhèrent par ailleurs à une charte spécifique.

 

Principes fondateurs

  • Engagement contractuel des parties et leurs avocats pour trouver une solution concertée et pérenne dans l’intérêt de tous
  • Renoncement de porter le litige devant les tribunaux
  • Travail en équipe
  •  Transparence dans l’échange d’informations confidentielles
  •  Retrait des avocats, en cas d’échec du processus

 

Dans ce cadre, les parties sont assistées chacune de leur avocat dont le rôle consiste à leur apporter ses connaissances juridiques et son expérience et à animer la négociation entre elles. Le processus collaboratif exige la participation active des deux parties, dans un contexte encadré leur permettant de travailler en équipe.
En effet, le droit collaboratif correspond au besoin de nos sociétés de gérer différemment les conflits.